Au service des médecins dans l’intérêt des patients

Newsletter de février 2019

Publié le Mercredi 20 février 2019 Temps de lecture : 7 mn
Newsletter février 2019
Au sommaire : le débat public "Ma santé 2022" ; Sécurité sanitaire : quand et comment lancer l’alerte ?

A la une

Ma santé 2022 : Des paroles aux actes

Le 12 février, le Conseil national de l’Ordre des médecins a réuni l’ensemble des acteurs de la santé lors d’un grand débat public intitulé « Ma santé 2022 : des paroles aux actes ». L’objectif : échanger sur l’avenir de notre système de santé, notamment sur la loi à venir et sa mise en œuvre.

Une centaine de personnes avaient répondu à l’invitation de l’Ordre pour un débat ouvert autour du projet de loi Santé. Les échanges ont porté sur les trois thématiques qui structurent, à ce jour, le projet de loi : la formation, l’organisation de l’offre de soins dans les territoires, et le numérique en santé. L’Ordre a souhaité ajouter au programme un quatrième volet dont le ministère des Solidarités et de la Santé ne s’est jusqu’à présent pas saisi : la démocratie sanitaire.
Médecins de tous âges et de tous horizons, internes, élus, doyens d’université, directeurs d’ARS… sont intervenus pour exprimer leurs difficultés liées à l’exercice de la médecine, leur désarroi face aux demandes des patients et des pouvoirs publics, mais aussi formuler des propositions, partager leur vision de la médecine de demain ou témoigner d’initiatives mises en œuvre pour tenter d’apporter des solutions à une échelle locale.
Les échanges concernant la formation ont essentiellement porté sur la sélection à l’entrée des études de médecine, la professionnalisation de ces dernières et la mise à jour des programmes afin qu’ils soient davantage en prise avec la réalité de l’exercice.
Concernant l’organisation de l’offre de soins, a émergé le manque de dialogue entre les différents acteurs d’un territoire malgré la nécessité de trouver des solutions concertées. La redéfinition du rôle des médecins généralistes a également été identifiée comme une des bases préliminaires à toute réorganisation des soins.
Lors des discussions autour du numérique de nombreuses interventions ont témoigné des attentes et des espoirs forts notamment en termes d’offres de soins. Avec néanmoins, comme limites identifiées : un manque d’infrastructures et de couvertures dans certains territoires, mais aussi des craintes liées à ces nouvelles technologies et à leur articulation avec l’exercice et l’avenir du métier de médecin.
Quant à la démocratie sanitaire, elle est apparue comme étant la pierre angulaire de toute réforme de notre système de santé et à toutes les échelles, aussi bien nationale que territoriale.
Ce débat de plus de trois heures fera l’objet d’une synthèse détaillée qui sera versée comme contribution au grand débat national lancé par le Gouvernement. Les propositions concrètes qui en émaneront seront transmises aux parlementaires avec la volonté d’être enfin entendus, pour une réforme en profondeur du système de santé.
Voir ou revoir le débat en vidéo : https://www.conseil-national.medecin.fr/node/3097
 

Le chiffre du mois

40% des cancers résultent de l'exposition à des facteurs de risque évitables notamment par l’adoption de quatre habitudes de vie : arrêter de fumer, réduire sa consommation d'alcool, manger équilibré et pratiquer une activité physique régulière.
Source : INCa, 2019
 

Les actus

  • Faites entendre votre voix !
Dans un courrier envoyé à tous les médecins, le Dr Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom), invite chacun à prendre pleinement part au Grand débat initié par le Gouvernement, en participant aux réunions organisées dans les territoires. Le but :  parler des médecins et du système de santé dans les valeurs éthiques et de dévouement qui nous rassemblent. Par ailleurs, l’Ordre a créé un espace d’expression en ligne, afin que tous les médecins puissent s’exprimer librement sur l’avenir du système de santé. « Vos contributions viendront enrichir le travail du Conseil national de l’Ordre auprès du Gouvernement et de nos parlementaires dans les mois à venir, a souligné le Dr Patrick Bouet. Médecins élus par nos pairs, dans l’indépendance nous porterons haut et fort la voix de la profession devant les pouvoirs publics ».
 
  • Déterminants à l’installation : répondez à l’enquête des jeunes médecins
Le Cnom et la Commission Jeunes médecins réalisent une enquête auprès des médecins et des internes en médecine, quelle que soit leur expérience, afin de mieux comprendre les déterminants à l’installation : les difficultés rencontrées mais aussi les attentes à cet égard.
Vous avez jusqu’au 28 février 2019 pour répondre à cette étude (cela ne prend que quelques minutes).
 
  • Sécurité sanitaire : quand et comment lancer l’alerte ?
L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en place une procédure de recueil des signalements faits par les lanceurs d’alerte prévus par la loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (Loi dite "Sapin 2"). Les signalements peuvent concerner :
  • les médicaments (y compris les préparations pharmaceutiques réalisées en officines de ville ou à l’hôpital), les matières premières à usage pharmaceutique,
  • les dispositifs médicaux, dispositifs de diagnostic in vitro, les logiciels d’aide à la prescription et à la dispensation,
  • les produits biologiques et biotechnologiques (produits sanguins labiles, organes, tissus, cellules, produits de thérapie cellulaire et génique, micro-organismes et toxines),
  • les produits cosmétiques, produits de tatouage.
Sont concernées par cette procédure les pratiques non conformes d’un opérateur (fabricant, distributeur par exemple) intervenant sur ces produits ou de toute menace grave pour la santé publique liée à un produit de santé. En revanche, les autres signalements qui bénéficient de déclarations spécifiques (défaut qualité, effets indésirables, erreurs médicamenteuses, ruptures de stock et déclarations d’usage non conforme), ne sont pas concernés par cette procédure.
Les signalements sont à adresser directement à : lanceur.alerte@ansm.sante.fr
 

À découvrir

  • Le nouveau numéro du Bulletin de l’Ordre des médecins
Le numéro 59 du Bulletin de l’Ordre des médecins vient de paraître. Il propose notamment en dossier une réflexion sur le projet de loi santé. Les Entretiens croisés sont quant à eux consacrés à la recertification avec notamment un point sur le rapport réalisé par le Pr Uzan. Et retrouvez le portrait du Dr Denis Mukwege qui a reçu, en décembre dernier, le prix Nobel de la Paix 2018.
 
  • Le secret médical dans l’exercice quotidien : des réponses concrètes
Le compte-rendu du débat organisé par le Conseil national de l’Ordre des médecins, le 27 novembre sur le secret médical est désormais disponible en ligne. Vous pouvez y retrouver l’intégralité des échanges.
 

En images


Quels sont les apports de l'IA pour les médecins ?
À l’occasion de la 1ère journée de l’intelligence artificielle (IA) au CHRU de Nancy, le Dr Jacques Lucas, vice-président du Cnom, délégué général au numérique s’est exprimé sur les apports de l’IA pour les médecins.
 
 

En veille

  • Des supports pour prévenir les risques domestiques
La fédération française de prévention des risques domestiques édite des ouvrages et outils « Bilou le casse-cou », destinés à sensibiliser les enfants au secourisme et aux accidents domestiques sans les perturber, ni les angoisser. L’objectif : faire baisser le taux d’accidents domestiques chez les enfants. Il y en aurait 2 000 par jour selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
  • La souffrance réfractaire en fin de vie : dimensions psychiques et existentielles
Souffrance psychique ou souffrance existentielle ? À partir de quand la souffrance psychique peut-elle être considérée comme réfractaire ? Souffrance réfractaire et désir de hâter la mort ? Une prévention est-elle possible ? Autant de questions auxquelles le Dr Sarah Dauchy, chef du Département interdisciplinaire de soins de support et présidente de la Société française de psycho-oncologie a apporté des éléments de réponse lors des 20es Journées Nationales de l'hospitalisation à domicile. Sa présentation est disponible sur le site de la Fédération nationale des établissements d'hospitalisation à domicile (Fnehad).