Au service des médecins dans l’intérêt des patients

Médecins n°65

Temps de lecture : 0 mn
Bulletin de l'Ordre des médecins n°65
Psychiatrie : l'état d'urgence ; L'entraide ordinale pour les médecins ; Prise en charge de l'obésité ; CPTS ; Relations médecins-industrie ; LFSS...

Newsletter de janvier 2020

Temps de lecture : 7 mn
Newsletter de l'Ordre national des médecins de janvier 2020
Au sommaire : les vœux du Président du Cnom ; L'Ordre engage une action en référé contre le site arretmaladie.fr ; Crise de l'hôpital : il faut agir..

À la une

2020 : une année charnière

Le Dr Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des médecins, a présenté jeudi 9 janvier les vœux du Cnom aux médecins et aux partenaires. Il est revenu sur l’année 2019, « ponctuée de très nombreux événements qui ont marqué le monde de la santé », et a présenté l’année 2020 comme « charnière ».

Charnière, d’abord, pour l’Ordre des médecins. Le président est revenu sur le rapport de la Cour des comptes, contestant à nouveau un certain nombre d’affirmations émises par la juridiction financière. « Toute l’action que nous menons depuis plusieurs années pour moderniser l’Ordre des médecins a en effet été sciemment ignorée. [...] Cela ne nous écartera pas de notre route : poursuivre et intensifier cette modernisation. J’en veux pour preuve les nombreux travaux que nous avons d’ores et déjà engagés pour 2020. » Il a donné rendez-vous aux partenaires de l’Ordre en juin, pour le congrès. « Ce sera l’occasion de travailler avec de très nombreux acteurs du monde de la santé. [...]  Ces nombreux ateliers seront menés sous un thème central : l’accompagnement des médecins, tout au long de leur carrière. » 2020 sera une année où l’Ordre des médecins agira. Comme depuis 2013.

Le président a aussi présenté cette nouvelle année comme charnière pour la santé. « Les défis que nous aurons à relever collectivement en 2020 sont nombreux. Les premiers effets de la loi Ma santé 2022 tardent à se faire sentir, et les élections municipales pourraient voir la question de l’accès aux soins occuper une place importante dans la campagne électorale. » Cette année devra permettre au gouvernement d’apporter les éclaircissements nécessaires à la loi Ma santé 2022, pour qu’enfin ses effets soient ressentis sur le terrain. Des réponses concrètes au désarroi des hospitaliers sont également attendues.

« L’Ordre des médecins avait, dans les premiers, alerté sur les dangers d’une explosion programmée de notre système de santé. Nous restons pleinement mobilisés face à cette menace. [...]  C’est le sens du travail que nous avons mené depuis 2013. C’est le sens du travail que nous mènerons en 2020. C’est le sens du travail que nous poursuivrons jusqu’en 2022. »

Le chiffre du mois

2,7 millions de Français étaient, en 2019, en recherche réelle d’un praticien attitré. 5,4 millions étaient, eux, sans médecin traitant.

Source : Nicolas Revel, directeur général de la Caisse nationale de l’Assurance maladie dans une interview au Généraliste.

Actus

« Arretmaladie.fr » : l’Ordre des médecins engage une action en référé

Alerté sur les pratiques trompeuses et mercantiles du site « arretmaladie.fr », le Cnom engage une action en référé, simultanément à la Caisse nationale de l’Assurance maladie. Ce site promeut un service de délivrance d’arrêts maladie sans se déplacer au cabinet d’un médecin, sur simple demande en ligne. Il présente également, de manière mensongère et trompeuse, le dispositif comme « remboursable ». Il ne remplit pourtant pas les strictes conditions nécessaires à la prise en charge des téléconsultations par l’Assurance maladie. Le Cnom condamne fermement la mise en ligne de ce site qui porte atteinte à l’image de la profession, en assimilant l’activité médicale à une activité commerciale. Il réaffirme l'importance d’inscrire pleinement les téléconsultations dans le parcours de soins coordonnés.

Crise de l’hôpital : il faut agir

La profondeur de la crise que traverse aujourd’hui l’hôpital est indéniable. Les actions récentes de mobilisation de médecins hospitaliers sont des manifestations graves du désarroi du personnel hospitalier. Si les annonces pour l’hôpital faites en novembre par Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, comprenaient des avancées notables, il semble aujourd’hui clair que la crise des hôpitaux exige des réponses rapides aux demandes des médecins et des professionnels de santé, en termes notamment de financement et de gouvernance. Devant le désarroi de nos confrères hospitaliers, l’Ordre des médecins rappelle l’urgence qu’il y a pour le gouvernement à mettre en œuvre ces réponses pratiques pour l’hôpital public, symbole de l’excellence de notre système de santé et source de fierté pour l’ensemble de nos concitoyens.

La bioéthique en débat au Sénat

Depuis le mardi 21 janvier, le projet de loi bioéthique est débattu en première lecture en séance au Sénat. Adopté en commission par les sénateurs au début du mois, après deux jours de débats dans un climat apaisé, le texte est sensiblement différent de celui adopté par les députés le 15 octobre dernier. S’ils ont maintenu la mesure phare relative à l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes, les sénateurs ont adopté un amendement qui prévoit de réserver la prise en charge de l’acte par l’Assurance maladie aux seules demandes accomplies pour raison médicale. Ils ont également, entre autres, assoupli le recours à l’autoconservation des gamètes, en laissant aux équipes médicales l’appréciation des critères d’âge. Le vote final sur les 34 articles du projet de loi aura lieu le 4 février.
 

À découvir

« Prescrire un arrêt de travail » sur le site Internet du Cnom

 


 

À la suite de la vente d’arrêts de travail sur le réseau social Snapchat (voir la newsletter de décembre) et sur le site dédié arretmaladie.fr, redécouvrez les règles à respecter lors de la prescription d’un arrêt de travail. Il engage pleinement la responsabilité du médecin et doit être effectué dans le respect des règles déontologiques (articles 28, 50 et 76 du code de déontologie médicale).

Agenda

28 janvier
Le Pr Stéphane Oustric, délégué général aux données de santé et au numérique du Cnom, participera à la première journée régionale sur l’éthique du numérique en santé, en région Occitanie.

30 janvier
Le Dr Patrick Bouet, président du Cnom, sera présent au colloque du syndicat MG France : « S’installer, exercer et vivre dans son territoire : un défi pour les professionnels, un enjeu pour les politiques ».
 

En image

À Saint-Denis, au nord de Paris, la Maison des femmes accueille, écoute et soigne des victimes de violences conjugales, viols et mutilations sexuelles. Redécouvrez, en images, le reportage du dernier bulletin du Cnom
 

En veille

Protocoles de coopération : les exigences essentielles

Un décret définissant les exigences essentielles de qualité et de sécurité des protocoles de coopération entre professionnels de santé est paru au Journal officiel, le 29 décembre 2019. En application de l’article L.4011-2 du code de la santé publique, il fixe les exigences auxquelles les protocoles de coopération doivent se conformer, aux fins de leur autorisation et de leur déploiement. Parmi celles-ci : respecter les recommandations de bonnes pratiques élaborées par la HAS, définir les conditions de qualité et de sécurité du processus de prise en charge des patients et déterminer les conditions d’organisation de l’équipe.

Tramadol : la durée maximale de prescription réduite

Pour limiter le mésusage et les risques de dépendance, la durée maximale de prescription des médicaments antalgiques contenant du tramadol (voie orale) est réduite de 12 à 3 mois, sur proposition du directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Cette mesure découle, entre autres, d’un état des lieux sur la consommation des opioïdes et de la feuille de route 2019-2022 « Prévenir et agir face aux surdoses d’opioïdes », publiée par le ministère de la Santé. Le tramadol est inscrit sur la liste 1 des substances vénéneuses et ne peut être obtenu que sur prescription médicale. L’ANSM conseille aux professionnels de santé de rester vigilants lors de la prescription ou la délivrance de médicaments en contenant.
 

Crise de l’hôpital

Temps de lecture : 1 mn
Il faut agir aujourd’hui pour sauver l’hôpital public
Crise de l’hôpital : il faut agir aujourd’hui pour sauver l’hôpital public
Les actions récentes de mobilisation de médecins hospitaliers, qui ont pris différentes formes, sont des manifestations graves du désarroi du personnel hospitalier.

Elles sont emblématiques d’une situation sans précédent. La profondeur de la crise que nous traversons est aujourd’hui indéniable.

Devant le désarroi de nos confrères hospitaliers, l’Ordre des médecins rappelle l’urgence qu’il y a pour le Gouvernement à mettre en œuvre des réponses pratiques pour l’hôpital public, symbole de l’excellence de notre système de santé et source de fierté pour l’ensemble de nos concitoyens.

Si les annonces pour l’hôpital faites en novembre par la ministre des Solidarités et de la Santé, Mme. Agnès Buzyn, comprenaient des avancées notables, notamment sur la dette des hôpitaux ou pour certaines catégories de personnel, il semble aujourd’hui clair que la crise des hôpitaux, qui est en réalité ancienne, exige des réponses rapides aux demandes des médecins et des professionnels de santé, en termes notamment de financement et de gouvernance. La République doit être à la hauteur de la mobilisation continue des médecins et personnels hospitaliers au service de l’ensemble des Français.
 

Voeux de l'Ordre national des médecins

Temps de lecture : 16 mn
Voeux 2020 de l'Ordre national des médecins
Discours des vœux 2020 du Dr. Patrick Bouet, président du Conseil national de l’Ordre des médecins

Mesdames et Messieurs, Chères consœurs, chers confrères, et chers amis,

Je suis très heureux de vous présenter aujourd’hui les vœux du Conseil national de l’Ordre des médecins.

L’année 2019 a été ponctuée par de très nombreux évènements qui ont marqué le monde de la santé. La crise des hôpitaux perdure. Des médecins libéraux ont récemment décrété une grève des gardes. Les Français nous ont dit, et répété tout au long de l’année, leur attachement à notre système de santé.

2020 fait dès lors figure d’année charnière. Nous devons être, collectivement, à la hauteur des attentes des médecins, et de leurs patients. L’Ordre des médecins le sera.

Je ne compte pas mettre sous le boisseau les conclusions du rapport de la Cour des comptes sur la période 2011-2017. Je ne compte pas non plus ignorer les dysfonctionnements collectifs ou individuels quand il y en a eu et sur lesquels le Conseil national réuni en session en février 2020 aura à se prononcer. Je ne sous-estime pas les questions qu’il a pu soulever au cœur même de l’institution, chez nos partenaires et surtout chez les médecins, nos confrères qui attendent un Ordre à leurs côtés, dans leurs exercices, en lequel ils puissent placer leur confiance, car c’est ce pourquoi j’ai été élu en 2013 et réélu depuis : mettre en œuvre une réforme profonde de l’institution ordinale.

C’est parce que je n’en sous-estime pas l’impact que je tiens à réitérer ce soir, sur la base des actions que nous avons mises en œuvre depuis 2014 que nous contestons fermement un certain nombre d’affirmations contenues dans ce rapport.
  • Contestation sur la forme, car nous avons eu le sentiment d’un contrôle à charge, durant lequel nous n’avons jamais été réellement écoutés, tant au niveau national que local.
  •  Contestation surtout sur le fond. Nous l’avons dit avec force à la Cour des comptes et nous le répétons ce soir.
  • Contestation car nous avons été heurtés par le choix de la Cour d’ignorer les nombreuses missions que remplit l’Ordre aujourd’hui. Par la volonté de faire de l’Ordre le bouc émissaire d’échecs collectifs, sur des sujets où nous avons pourtant su être moteurs. Sur les relations médecin-industrie par exemple, ou sur le DPC. Je rappelle que nous ne faisons qu’appliquer la loi. Nous refusons sur ces sujets d’endosser seuls une responsabilité collective.
Nous réfutons les critiques inacceptables sur le traitement par l’Ordre des plaintes, doléances et signalements qui lui parviennent. Je tiens à affirmer devant vous ce soir, que l’Ordre des médecins, à tous ses échelons, assume pleinement ses missions disciplinaires. Je veux ici saluer le travail des conseils départementaux et régionaux de l’Ordre, qui s’acquittent avec abnégation de cette tâche et des conciliations, si importantes. Ca n’est pas un travail facile, et tous ceux qui connaissent les juridictions disciplinaires le savent. La présidente de la chambre disciplinaire nationale a elle-même répondu à la Cour des comptes que le rapport traduisait « une méconnaissance inquiétante de cette juridiction. » Je me permets ce soir de faire miennes ses conclusions.

Tout cela, vous le comprendrez aisément, nous a profondément marqués. Mais nous estimons qu’il y a plus grave. Toute l’action que nous menons depuis plusieurs années pour moderniser l’Ordre des médecins a en effet été sciemment ignorée.

Cette action a pourtant des traductions tangibles.
  • Nous avons refondu le règlement de trésorerie, pour encadrer strictement les régimes des indemnités et des remboursements de frais des élus. Les règles en la matière sont claires. Elles sont connues. Elles sont partagées par l’ensemble de notre institution.
  • Nous avons instauré un dispositif contraignant de contrôle de la gestion des conseils départementaux et régionaux. Nous avons notamment prévu que puisse être mis en œuvre un régime de tutorat en cas de dérives avérées.
  • Nous avons fait le choix d’élargir la composition de notre commission de contrôle des comptes. Celle-ci inclura à l’avenir des personnalités qualifiées extérieures à l’Ordre.
  • Nous avons défini un dispositif de combinaison de l’ensemble des comptes de tous les conseils  de l’Ordre, certifiée par un commissaire aux comptes.

De tout cela, aucune trace dans le rapport.

Cela ne nous écartera pas de notre route : poursuivre et intensifier cette modernisation. J’en veux pour preuve les nombreux travaux que nous avons d’ores et déjà engagés pour 2020.

Un groupe de travail a été créé, avec pour objectif de clarifier et d’harmoniser le traitement des signalements et des doléances par les conseils départementaux, pour que l’on soit encore mieux armé pour lutter contre des dérives de médecins qui bouleversent la profession comme la société.

L’harmonisation des dossiers ordinaux des médecins est également en cours, et doit permettre de simplifier le travail des conseils départementaux lorsqu’un médecin demande son inscription, notamment par la création de fiches récapitulant les grandes étapes de sa carrière.

Sur le refus de soins, une enquête auprès des conseils départementaux est en cours de conception, qui a pour objectif de quantifier un phénomène qui ne l’est pas encore suffisamment. Cela devra nous permettre de lutter plus efficacement, aux côtés de nos partenaires, contre des comportements dont je tiens à rappeler qu’ils sont inacceptables du point de vue déontologique.

Sur la permanence des soins, nous accompagnerons cette année notre enquête annuelle d’une étude sur la pertinence des maisons médicales de garde. Cela nous a paru important, à l’heure où la crise des urgences et les débats sur les numéros d’appel exigent que tous les acteurs concernés puissent fonder leur réflexion sur des éléments concrets, dans l’intérêt des patients. Là encore, l’Ordre illustrera son engagement au service de l’accès aux soins.

2020 verra également l’Ordre se réunir en Congrès. Ce sera l’occasion de travailler avec de très nombreux acteurs du monde de la santé. Une ouverture nécessaire, pour avancer ensemble sur des sujets fondamentaux : la santé et le numérique, la formation initiale et continue des médecins, le parcours du médicament et la liberté de prescription, par exemple.

Ces nombreux ateliers seront menés sous un thème central : l’accompagnement des médecins, tout au long de leur carrière.

Car nous sommes convaincus que l’Ordre doit être l’acteur référent de cet accompagnement, que les médecins demandent. L’exercice se complexifie. Les carrières ne sont plus aussi linéaires qu’elles ne l’ont été. Et l’Ordre doit être aux côtés des médecins dans ce contexte mouvant.

L’Ordre ne peut pas tout, bien entendu. Mais par nos partenariats solides, que je tiens à saluer, par la proximité permise par nos conseils départementaux, nous pourrons devenir un formidable  agrégateur de toutes les énergies déployées au service des médecins.

C’est l’impulsion forte que nous souhaitons donner à notre action d’ici 2022.

Nous interrogerons bientôt l’ensemble des médecins sur le sujet, afin de mieux cerner leurs attentes en matière d’accompagnement dans leur parcours professionnel. Cette consultation large devra permettre la création de dispositifs concrets, que les médecins pourront aisément s’approprier pour répondre à leurs besoins. Ces outils s’adresseront à tous les médecins, aux jeunes comme aux plus âgés, aux libéraux comme aux hospitaliers.

Vous le voyez, 2020 sera une année où l’Ordre agira, comme nous n’avons cessé de le faire depuis 2013. Mon équipe et moi avons du temps pour agir. Et ce temps, croyez-moi, nous le mettrons à profit. Nous sommes, et je suis, plus que jamais déterminés à conduire à son terme cette modernisation de l’Ordre.

Je suis d’autant plus déterminé que l’Ordre est un acteur attendu, un acteur entendu, et que nous devons être à la hauteur de ces attentes et de cette écoute.

En effet, notre voix porte aujourd’hui. Parce que l’Ordre est la seule institution qui représente l’ensemble de la profession. Et grâce au travail que nous menons depuis 2013.

Cela a été le cas dans le cadre du projet de loi bioéthique. Nous avons été régulièrement auditionnés à  l’Assemblée  nationale  comme  au  Sénat.  Nous  poursuivrons  ce  travail  de  clarification  et  de conviction en 2020. Notamment lors de l’examen du texte par le Sénat. Nous resterons vigilants sur les sujets de la PMA, du traitement des données de santé, ou encore de l’interruption de grossesse pour raisons médicales, sujets sur lesquels nos amendements ont été adoptés par l’Assemblée nationale.

Il n’y a en effet pas d’éthique sans médecins, et pas de médecins sans éthique. Là est notre légitimité à s’exprimer, et nous avons su nous faire entendre sur des sujets sensibles.

Nous avons également été entendus sur la question des violences conjugales, qui nous bouleversent tous, sur laquelle nous sommes engagés depuis de nombreuses années.

Nous avons pleinement pris part au Grenelle sur les violences conjugales. Nous nous sommes  inspirés de ce qui a été bâti et qui fonctionne notamment pour les mineurs. Nous avons largement consulté des médecins experts. J’ai pu rencontrer le Premier ministre, la ministre de la Santé, et la Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

C’est ce travail qui nous a amené à soutenir une évolution du Code pénal. Il instaure d’ores et déjà des dérogations permissives, auxquelles nous avons proposé d’ajouter la possibilité pour le médecin de procéder à un signalement auprès du procureur de la République dans les situations de danger vital et immédiat.

Nous travaillerons dans les mois à venir pour convaincre le législateur de l’importance de renforcer cet aménagement par la désignation d’un procureur de la République dédié aux violences conjugales dans chaque tribunal de grande instance.

Nous combattrons en parallèle la tentation de faire de cette possibilité ouverte aux médecins une obligation. Car c’est dans l’obligation que se logerait la rupture du secret médical, et la perte d’un  lien précieux entre des médecins et des victimes qui n’osent souvent plus parler ailleurs que dans le cabinet de leur médecin.

Dans le cadre d’un site proposant des arrêts de travail, nous venons, avec la caisse nationale d’assurance maladie de mettre en œuvre une mise en demeure de fermeture du site et une saisine  en référé de la justice. Par ailleurs, concernant le groupe privé Facebook « Le Divan des médecins » nous mettons en demeure le régulateur du groupe s’agissant du contrôle des contenus, et nous signalerons ces contenus au Procureur de la République.

Si j’ai choisi ces quatre exemples de l’intervention de l’Ordre dans la Cité, c’est pour illustrer la portée de notre parole.

Certains souhaiteraient nous contester ce droit à intervenir dans le débat. D’autres, au contraire, estiment que nous le faisons trop peu.

Je tiens à dire que l’Ordre des médecins ne s’exprime jamais à la légère. Nous le faisons lorsque nous sommes convaincus de la nécessité de prendre position sur des questions précises.
 
Nous le faisons pour faire entendre la voix des médecins et les principes déontologiques qui nous lient, quand cela est nécessaire.

Nul ne doute que nous serons de nouveau amenés à le faire en 2020. Et nous n’hésiterons jamais à le faire.

Car les défis que nous aurons à relever collectivement en 2020 sont nombreux. Les premiers effets  de la loi Ma Santé 2022 tardent à se faire sentir, et les élections municipales pourraient voir la question de l’accès aux soins occuper une place importante dans la campagne électorale.

Face à ces défis, dans cette année charnière, l’Ordre jouera pleinement son rôle.

La santé s’est imposée comme un enjeu majeur du débat politique pour nos concitoyens. Un récent baromètre montrait que, pour 46% d’entre eux, il s’agit de l’axe prioritaire de l’action publique, devant l’emploi ou l’éducation.

Ils constatent en effet, partout en France, que la promesse républicaine d’un égal accès aux soins pour tous peine à être tenue. Cela est insupportable pour nos concitoyens, pour qui l’égalité n’est  pas qu’un vain mot, mais une réelle aspiration qui mérite d’être défendue.

Les Français se tournent donc aujourd’hui vers leurs élus, et notamment vers les plus proches d’entre eux, leurs maires, pour exiger que l’accès aux soins soit préservé. Face à ces demandes, les maires n’ont malheureusement pas toujours de leviers d’action efficaces. Trop nombreux sont ceux qui ont succombé, encouragés par le Gouvernement précédent, au mirage de la maison de santé comme solution unique. A l’idée que construire des murs suffirait.

En 2020, l’Ordre des médecins, notamment au niveau de ses échelons de proximité, continuera de travailler aux côtés des maires pour les accompagner dans leur combat pour l’accès aux soins. Dès le mois de mars les conseils départementaux de l’Ordre se rapprocheront des maires élus. Car nous le disons depuis plusieurs années : seul le travail en commun de tous les acteurs de terrain peut permettre de faire naître des solutions pérennes pour l’accès aux soins.

Et l’Ordre joue pleinement sa part pour en faciliter la genèse. Nous avons mis en œuvre une modification de l’article 85 du code de déontologie facilitant l’exercice en sites multiples. Nous menons en ce moment une mission sur les remplacements, à la demande de la ministre de la Santé. Nous continuons d’appuyer, partout, les initiatives territoriales qui éclosent.

Je veux dire ce soir aux maires, et nous le dirons en mars aux nouveaux élus : l’Ordre des médecins est un allié de proximité dans leur combat pour l’accès aux soins. Notre organisation territoriale, notre connaissance du terrain, le permet. Il nous faut travailler ensemble, et l’Ordre ne sera jamais  un obstacle à une initiative au service des patients et respectant la déontologie médicale.

Mais pour mieux accompagner ces initiatives locales nous devons continuer de contribuer à transformer  l’architecture  même  de  notre  système  de  santé.  Il  faudra  que  2020  permette au Gouvernement d’apporter les éclaircissements nécessaires à la loi Ma Santé 2022 pour qu’enfin ses effets se fassent ressentir sur le terrain.

L’accès aux soins était en effet au cœur de cette loi. Nul doute que les maires, comme tous les  acteurs du monde de la santé, en attendaient beaucoup. Nous avions, lors des discussions autour de ce texte, souligné les avancées qu’il contenait.

Mais nous avions dans le même temps sonné l’alarme sur le flou trop important de nombreuses mesures. Sur le choix de recourir aux ordonnances pour des pans entiers de la réforme. Cela présentait un risque pour son appropriation par les acteurs concernés. Décréter la concertation ne veut pas dire véritablement concerter, et nous l’avions souligné à de nombreuses reprises.

Or, force est de constater que les effets de la loi tardent à se faire sentir aujourd’hui. Les professionnels de santé ont des difficultés à s’approprier les CPTS, dont les contours ne sont pas compris. Tout porte à croire aujourd’hui qu’au-delà des mots, la confiance accordée aux acteurs de terrain restera toute relative. Et que le règne des normes asphyxiant les professionnels de santé pourrait se poursuivre.

Et pourtant, je le répète, ce sont bien les acteurs de terrain qui sont les mieux à même de définir, ensemble, les territoires et les modes d’organisation pertinents pour renforcer l’accès aux soins.

Les hôpitaux de proximité, et leur articulation au sein du système hospitalier, ne sont pas davantage compris. Nos confrères hospitaliers attendent pourtant désespérément des éclaircissements sur ce que sera l’hôpital, et leur exercice, demain.

Le financement des hôpitaux par la tarification à l’acte génère bien des effets pervers, privilégiant une approche financière de la gestion des établissements plutôt qu’une approche éthique, centrée sur la pertinence des soins. Cela participe de la perte du lien ville-hôpital, qui est pourtant l’une des clefs de voûte de la transversalité des soins. Une transversalité plus forte est dans l’intérêt de tous, patients comme professionnels de santé.

La gouvernance des hôpitaux, déséquilibrée, mérite aussi toute notre attention dans sa réforme promise, dans un souci de rééquilibrage au profit des acteurs quotidiens du soin, médecins  et équipes de soin.

La perception, partagée par nos concitoyens et notre communauté médicale, de la perte d’un système de santé d’exception, d’un gouffre croissant entre citoyens dans l’accès aux soins, doit nous exhorter à une politique volontariste. Ma Santé 2022 doit en être l’incarnation. Pour qu’elle le soit, 2020 devra être l’année des éclaircissements.

Sans ces éclaircissements, cette loi ne sera vite qu’une coquille vide, qui n’aura pas su changer les fondements de notre système de santé à bout de souffle.

Sans ces éclaircissements, nul doute qu’il nous faudra dès à présent commencer à travailler à une prochaine loi de santé, malgré les promesses que portait pourtant l’approche d’Agnès Buzyn.
 
Nous souhaitons à tout prix éviter cet échec. Nous n’avons plus le temps d’échouer. Il faut donc que le Gouvernement entende l’inquiétude des soignants. Et qu’il en tienne compte en apportant rapidement des réponses de fond.

Vous le voyez, les défis auxquels notre système de santé fait face restent entiers.

L’Ordre des médecins avait, dans les premiers, alerté sur les dangers d’une explosion programmée de notre système de santé. Nous restons pleinement mobilisés face à cette menace.

Mobilisés pour qu’advienne la réforme pour laquelle nous travaillons depuis plusieurs années.

Mobilisés pour accompagner les médecins et les acteurs locaux dans leur combat de terrain pour l’accès aux soins.

Mobilisés pour réformer sans relâche notre institution.


Grâce à ce travail, que nous poursuivrons en 2020, l’Ordre sera demain pleinement au service des médecins et des patients. Il les accompagnera dans leur exercice. Il les accompagnera à chaque étape de leur carrière.

Grâce à ce travail, l’Ordre continuera d’être un acteur du débat public. Sa voix y est importante. Elle le demeurera.

Grâce à ce travail, l’Ordre renforcera encore, demain, son rôle au côté des médecins, des professionnels de santé, des pouvoirs publics, des institutions, des élus et des patients, partout sur le territoire, dans la bataille pour l’accès aux soins.

C’est le sens du travail que nous avons mené depuis 2013. C’est le sens du travail que nous mènerons en 2020.

C’est le sens du travail que nous poursuivrons jusqu’en 2022.


A tous, chacun et chacune, je souhaite une bonne et heureuse année 2020.

 

Référé de l'Ordre contre le site Arretmaladie.fr

Temps de lecture : 2 mn
Référé du CNOM contre « Arretmaladie.fr »
« Arretmaladie.fr » : l’Ordre des médecins engage une action en référé, simultanément à la Caisse nationale de l’Assurance maladie
Alerté sur les pratiques trompeuses et mercantiles du site « arretmaladie.fr », le Conseil national de l’Ordre des médecins a décidé d’engager une action en référé, en lien avec la Caisse nationale de l’Assurance Maladie.

L’Ordre des médecins condamne fermement la mise en ligne récente du site « Arretmaladie.fr », qui promeut un service de délivrance d’arrêt maladie sans se déplacer au cabinet d’un médecin, sur simple demande en ligne.

Au moyen de formules accrocheuses, le site vante l’instantanéité du processus et suggère que toute demande d’arrêt maladie sera satisfaite, portant ainsi atteinte à l’image de la profession en assimilant l’activité médicale à une activité commerciale.

En outre, le site présente, de manière totalement mensongère et trompeuse, le dispositif comme « remboursable ». Or, la prise en charge par l’Assurance Maladie des téléconsultations appelle le respect d’un certain nombre de conditions, strictement définies lors de la généralisation de la téléconsultation en septembre 2018. Conditions qui ne sont pas remplies en cas de recours à ce site.

Ainsi, l'Ordre réaffirme l'importance du principe essentiel retenu par l’avenant n°6 à la convention médicale inscrivant pleinement les téléconsultations dans le parcours de soins coordonnés.

Dans ces conditions, le CNOM a décidé de mettre en demeure immédiatement le site de cesser ses activités. En concertation avec la CNAM, il engagera une action en référé dans les tous prochains jours et assignera le défendeur pour une même date d’audience.

« Si l’Ordre des médecins se place résolument dans une dynamique d’accompagnement des nouvelles voies offertes par l’e-santé, il condamne sans réserve toute velléité d’ubérisation de la médecine. Garant de la déontologie médicale, il défendra toujours l’idée selon laquelle la télémédecine doit être soumise aux mêmes obligations réglementaires et déontologiques que les autres formes de pratiques médicales, dans un parcours de soin coordonné, au service des patients. »
Patrick Bouet, Président du CNOM

 

Newsletter de décembre 2019

Temps de lecture : 7 mn
Newsletter de l'Ordre national des médecins de décembre 2019
Au sommaire : Les réponses de l'Ordre au rapport de la Cour des comptes ; Violences conjugales et signalement ; Campagne "Handicap, agir tôt"...

À la une

L’Ordre des médecins conteste le rapport de la Cour des comptes


Pour rétablir les faits, l’Ordre conteste publiquement sur le fond et sur la forme le rapport de la Cour des comptes.
  • Le Conseil national de l’Ordre des médecins conteste de nombreux points du contrôle effectué par la Cour des comptes, tant sur le fond que sur la forme. Dans ces conditions, l’Ordre a choisi de s’exprimer publiquement pour faire connaître ses réponses précises et argumentées.
  • L’Ordre s’étonne d’une part que plusieurs missions essentielles assurées par l’institution soient passées sous silence, et exprime d’autre part son profond désaccord sur l’analyse, qu’il juge parcellaire, de l’efficacité des missions administratives et disciplinaires étudiées.
  • L’Ordre rejette enfin la vision restrictive de ses fonctions présentée dans le rapport de la Cour des comptes, et affirme qu’il continuera à faire entendre la voix des médecins dans le débat public dans le cadre de ses missions et des pouvoirs de l’institution, en s’appuyant sur son ancrage territorial.
  • Si l’Ordre conteste une grande partie de l’analyse portée sur sa gestion, il reste soucieux de poursuivre la modernisation de l’institution engagée depuis six ans. Il accélérera, sur ce point, la mise en œuvre de certaines mesures correctives dans le cadre des recommandations de la Cour des comptes.
Pour lire l’ensemble des réponses argumentées et du communiqué de presse publié par l’Ordre, cliquez ici

Le chiffre du mois

203 892 personnes ont participé à la 4e édition du #Moi(s) sans tabac, organisé en novembre par Santé publique France en lien avec le ministère des Solidarités et de la Santé et l’Assurance maladie. L’opération comptabilise près de 800 000 inscriptions depuis sa création en 2016.

Actus

Violences conjugales : l’Ordre soutient la possibilité d’un signalement sans accord

Réuni en session plénière le vendredi 13 décembre, le Cnom a choisi, à une très large majorité, de soutenir une évolution de l’article 226-14 du code pénal. Cette évolution, inscrite dans la proposition de loi visant à protéger les victimes de violences conjugales, permettrait à tout médecin ayant l’intime conviction que sa patiente est en danger vital immédiat et qu’elle se trouve sous l’emprise de l’auteur des violences d’en informer le procureur de la République. Le médecin resterait tenu de s’efforcer d’obtenir l’accord de la victime à un signalement ; en cas de refus, il serait alors tenu de l’informer du signalement fait au procureur de la République. Cette dérogation permissive permettant de protéger les victimes et les médecins faisant un signalement en cas d’urgence vitale immédiate, rédigée en concertation avec l’Ordre, ne saurait remettre en cause le principe fondamental du secret médical, base de la relation de confiance entre un patient et son médecin.
Lire l’intégralité du communiqué

La campagne « Handicap, agir tôt » est lancée

Informer et sensibiliser les parents et les professionnels de la petite enfance sur l’importance du repérage précoce des difficultés du développement et du handicap est essentiel. C’est l’objectif de la campagne « Handicap, agir tôt », lancée à l’initiative de l’Association nationale des équipes contribuant à l’action médico-sociale précoce (ANECAMSP). Le Conseil national de l’Ordre des médecins est partenaire de cette campagne dont le but est de mettre à disposition des familles des outils pour faciliter le repérage des premiers signes chez l’enfant de 0 à 6 ans et de leur proposer un accompagnement global. Tous les handicaps liés aux troubles du neuro-développement sont concernés, dont notamment les troubles du spectre autistique. Quinze films documentaires ont été réalisés pour l’occasion, ainsi qu’un site Internet. Des événements en régions sont également organisés et une série de dessins animés est annoncée pour la deuxième phase de la campagne.


Vente d’arrêts de travail sur un réseau social

Au mois d’août, la section Exercice professionnel du Cnom a alerté la Caisse nationale de l’Assurance maladie (Cnam) de la vente d’arrêts de travail vierges sur le réseau social Snapchat. La situation a depuis été confirmée par la Cnam, qui indique que des plaintes ont été déposées par des établissements de santé, des médecins et des caisses de l’Assurance maladie. Elle souligne également l’intérêt du recours à la prescription dématérialisée, « garantie de fiabilité et de sécurité », pour prévenir ce cas de figure. À noter que, selon les dispositions de l’article L.161-35 du code de la sécurité sociale issu de la loi n° 2019-774 du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé, au 31 décembre 2021 au plus tard, « les arrêts de travail seront prescrits, sauf exception, de manière dématérialisée par l’intermédiaire d’un service mis à la disposition des professionnels de santé par les organismes d’assurance maladie ».

À découvrir

Le webzine « L’empathie au service de la relation patient-médecin »

 

Comment expliquer les critiques envers les médecins ? Consolider la relation de confiance entre les soignants et leurs patients ? L’empathie doit-elle s’apprendre dès l’école de médecine ? Autant de questions posées à des professionnels de santé dans ce nouveau webzine de l’Ordre des médecins.
 

 

L’article 85 du code de déontologie médicale actualisé

L’article 85 du code de déontologie médicale, relatif à l’exercice en multisite, a été enrichi de nouveaux commentaires. Cela fait suite au décret n°2019-511 du 23 mai 2019, qui simplifie l’exercice en multisite pour le médecin. « L’exigence d’une autorisation administrative en bonne et due forme du conseil départemental de l’Ordre, longtemps imposée, a été supprimée [...]. Une simple déclaration préalable au conseil départemental suffit. »

En images


La vidéo motion-design du nouveau webzine du Cnom : « L’empathie au service de la relation patient-médecin ».
 
 

En veille

Mieux connaître le phénomène mondial d’antibiorésistance

Liée au mauvais usage des antibiotiques ou à leur consommation excessive, l’antibiorésistance se développe lorsqu’une bactérie déploie des mécanismes de défense, diminuant ou annulant l’action des antibiotiques censés la combattre. C’est aujourd’hui un problème majeur de santé publique dans le monde entier. En France,  selon une étude du Centre européen de prévention et de contrôle des maladiesl’antibiorésistance est la cause de 5 543 décès par an chez des patients atteints d’infections à bactéries résistantes. En 2016, un Comité interministériel pour la santé a été mis en place et 330 millions d’euros mobilisés jusqu’en 2021. Cette année, le gouvernement lance un espace en ligne intitulé Antibio’Malin à destination du grand public et des professionnels de santé. Une soixantaine de fiches sur les infections les plus courantes et les antibiotiques y sont publiées.


L’enquête Entred sur le diabète se poursuit

La 3e édition de l’enquête nationale Entred (Échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques), lancée en mars 2019 en métropole et en septembre dans les Drom se poursuit. Cette étude vise à décrire l’évolution de l’état de santé, de la qualité de vie et du recours aux soins des personnes diabétiques. Pour l’instant, plus de 3 200 personnes et 700 médecins ont déjà participé. La participation du plus grand nombre est nécessaire : ces informations sont indispensables pour élaborer les stratégies de prévention essentielles à l’amélioration de l’état de santé et de la qualité de vie des personnes diabétiques. Pour plus d’informations sur les modalités de participation, rendez-vous ici.

Violences conjugales et signalement

Temps de lecture : 3 mn
Signalement des violences conjugales
Violences conjugales : l’Ordre des médecins soutient la possibilité d’un signalement sans accord de la victime

 
Réuni en session plénière le vendredi 13 décembre, le Conseil national de l’Ordre des médecins a choisi, à une très large majorité, de soutenir une évolution de l’article 226-14 du Code pénal.
 
Cette évolution, inscrite dans la proposition de loi visant à protéger les victimes de violences conjugales, permettrait à tout médecin ayant l’intime conviction que sa patiente est en danger vital immédiat et qu’elle se trouve sous l’emprise de l’auteur des violences d’en informer le procureur de la République. Le médecin resterait tenu de s’efforcer d’obtenir l’accord de la victime à un signalement ; en cas de refus, il serait alors tenu de l’informer du signalement fait au procureur de la République.
 
Cette dérogation permissive permettant de protéger les victimes et les médecins faisant un signalement en cas d’urgence vitale immédiate, rédigée en concertation avec l’Ordre, ne saurait remettre en cause le principe fondamental du secret médical, base de la relation de confiance entre un patient et son médecin.
 

Voici le texte précis de la disposition accompagnée par l’Ordre des médecins, qui modifierait l’alinéa 2bis de l’article 226-14 du Code Pénal : « Au médecin ou à tout autre professionnel de santé qui porte à la connaissance du procureur de la république une information préoccupante relative à des violences exercées au sein du couple relevant de l’article 132 -80 du présent code, lorsqu’il a l’intime conviction que la victime majeure est en danger immédiat et qu’elle se trouve sous l’emprise de leur auteur. Le médecin ou le professionnel de santé doit s’efforcer d’obtenir l’accord de la victime majeure ; en cas d’impossibilité d’obtenir cet accord, il doit l’informer du signalement fait au procureur de la république.»
 
Le Conseil national de l’Ordre des médecins demande que l’examen de la proposition de loi par les parlementaires permette de préciser que cette disposition s’applique en cas d’urgence vitale immédiate, et qu’elle soit renforcée par la désignation d’un procureur de la République dédié aux violences conjugales, à qui les signalements des médecins pourraient être adressés. Cela permettrait de renforcer l’accompagnement des victimes, à l’instar de ce qui existe pour les signalements préoccupants concernant des victimes mineures.
 
Le soutien de l’Ordre des médecins à cet aménagement du Code pénal, qui n’entraînera pas de modification du code de déontologie pour ce qui concerne le secret médical, fait suite à son engagement plein et entier dans le Grenelle des violences conjugales, aux rencontres qu’il a pu mener auprès de médecins impliqués sur le sujet, et aux rencontres du président du Conseil national de l’Ordre, le Dr. Patrick Bouet, avec le Premier Ministre, la Ministre de la Santé et la Secrétaire d’Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations
 

Rapport d'activité de la juridiction ordinale 2016

Temps de lecture : 0 mn
Rapport d'activité de la juridiction ordinale 2016

L'empathie au service de la relation patient-médecin

Temps de lecture : 0 mn
Webzine de l'Ordre des médecins consacré à l'empathie
Comment réinventer une relation médecin-patient fondée sur le partenariat et l'empathie ? Réflexions et témoignages dans ce webzine.

L'Ordre conteste le rapport de la Cour des Comptes

Temps de lecture : 16 mn
L'Ordre des médecins conteste le rapport de la Cour des Comptes
Pour rétablir les faits, l’Ordre conteste publiquement sur le fond et sur la forme le rapport de la Cour des Comptes.
  • Le Conseil national de l’Ordre des médecins conteste de nombreux points du contrôle effectué par la Cour des Comptes, tant sur le fond que sur la forme. Dans ces conditions, l’Ordre a choisi de s’exprimer publiquement pour faire connaître ses réponses précises et argumentées.
  • L’Ordre s’étonne d’une part que plusieurs missions essentielles assurées par l’institution soient passées sous silence, et exprime d’autre part son profond désaccord sur l’analyse, qu’il juge parcellaire, de l’efficacité des missions administratives et disciplinaires étudiées.
  • L’Ordre rejette enfin la vision restrictive de ses fonctions, faite dans le rapport de la Cour des Comptes, et affirme qu’il continuera à faire entendre la voix des médecins dans le débat public dans le cadre de ses missions et des pouvoirs de l’institution, en s’appuyant sur son ancrage territorial.
  • Si l’Ordre conteste une grande partie de l’analyse portée sur sa gestion, il reste soucieux de poursuivre la modernisation de l’institution d’ores et déjà engagée depuis six ans. Il accéléra, sur ce point, la mise en œuvre de certaines mesures correctives dans le cadre des recommandations de la Cour des Comptes.

Sur la forme, l’Ordre des médecins ne peut que regretter la manière dont le contrôle de la Cour des Comptes s’est déroulé : qu’il s’agisse de la durée de la procédure, de la fuite d’informations dans la presse alors que l’Ordre n’était pas en possession des éléments du pré-rapport (1), de la non prise en compte d’un très grand nombre des réponses de l’Ordre, du choix de la période auditée (jusqu’ à fin 2017) ne permettant pas la prise en compte de nombreuses actions correctives menées depuis presque deux ans.


Sur le fond, la Cour n’a pas reconnu que l’Ordre des médecins s’est engagé depuis 2013, après l’élection d’une nouvelle équipe, dans une transformation profonde avec un objectif de modernisation institutionnelle sur une période de 9 ans : 2013-2022. La Cour n’a pas non plus souligné la profondeur des missions accomplies par l’institution et actant, comme la plupart des acteurs publics et des interlocuteurs du monde de la santé, de leur utilité et leur efficacité.

L’Ordre des médecins rejette la lecture restrictive de ses fonctions faite par la Cour des Comptes.
  • L’Ordre, dont le rôle est de représenter l’ensemble des médecins, quels que soient leur statut, leur âge, leur mode d’exercice et leur spécialité, a, depuis 2013, renforcé son organisation et sa communication afin d’intensifier le dialogue avec les médecins pour mieux porter leur voix dans le débat public. C’est en ce sens qu’il s’est exprimé, au nom des médecins, sur plusieurs projets de loi relatifs à la santé (Claeys-Leonetti, Ma Santé 2022, révision des lois de bioéthique…).
  • Le CNOM déplore la vision réductrice de la Cour des Comptes, qui ne reconnait pas l’extension de cette mission. Cette vision ne correspond pas aux textes, qui confient à l'Ordre la défense de l'honneur et de l'indépendance de la profession, mission par nature englobante et qui ne s'arrête pas après l'adoption de textes dont l'Ordre estime qu'ils menacent l’honneur et l’indépendance de la profession médicale.

Ce rapport donne le sentiment d’une volonté administrative de limiter les missions et les pouvoirs de l’institution et d’affaiblir son ancrage territorial. L’Ordre s’opposera fermement à toute tentative de cette nature.
  • Parce qu’il est indépendant, parce qu’il est de sa responsabilité de donner l’alerte sur l’état du système de santé, l’Ordre n’entend pas aujourd’hui modifier sa vision de son rôle institutionnel. Il continuera d’assumer fortement ses combats éthiques et déontologiques, comme ses propositions pour améliorer le système de santé, dans le débat public.
  • L’institution ordinale ne reviendra pas non plus sur sa volonté de garantir à tous les médecins inscrits au tableau, que ce soit à Mayotte ou à Paris, le même accompagnement de leur exercice professionnel, et la même disponibilité institutionnelle. Pour y parvenir, il entend bien intensifier son dialogue et ses actions auprès des médecins dans les mois à venir.
Si l’Ordre conteste en grande partie l’analyse portée sur sa gestion, il reste soucieux de poursuivre la modernisation de l’institution d’ores et déjà engagée depuis six ans. C’est pourquoi il accéléra, sur ce point, la mise en œuvre de certaines mesures correctives dans le cadre des recommandations de la Cour des Comptes.

Dans ces conditions, l’Ordre a choisi de s’exprimer publiquement pour faire connaître ses réponses précises et argumentées. Ci-après les principales remarques du Conseil national de l’Ordre des médecins et de la Chambre disciplinaire nationale.

Lire les réponses détaillées du Cnom

I – UNE INSTITUTION DEJA RESOLUMENT ENGAGEE DANS UNE MODERNISATION DE GESTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE


Le rapport de la Cour comporte un ensemble d'observations sur la gestion administrative et financière dont l’Ordre, engagé dans une démarche d’amélioration gestionnaire continue et volontariste depuis 2013, est bien décidé à tirer les enseignements. D’ores et déjà d’importantes mesures ont été décidées dont certaines avaient été engagées avant le début du contrôle :
  • Refonte du règlement de trésorerie qui encadre strictement les régimes indemnitaires et de remboursement de frais des élus ;
  • Instauration d’un dispositif très contraignant de contrôle de la gestion des conseils territoriaux allant jusqu'à prévoir un régime de tutorat ;
  • Elargissement de la composition de la commission de contrôle des comptes avec la présence de personnalités qualifiées ;
  • Suppression des fonds autonomes affectés à l'entraide et à la modernisation de l’institution ainsi qu’à l’harmonisation des charges ;
  • Recrutement d’un spécialiste des marchés publics
  • Combinaison de l'ensemble des comptes de tous les conseils, certifiée par un commissaire aux comptes ;
  • Mise en œuvre progressive du recouvrement de la cotisation par le Conseil national qui sera entièrement opérationnelle à compter du 1er janvier 2021.
Toutefois, un certain nombre d’observations du rapport de la Cour appellent de la part de l'Ordre une ferme mise au point permettant un rétablissement de la vérité.

Au sujet des indemnités
: l’indemnisation de base est fondée sur le principe d’une indemnité journalière de 483 euros brut, de laquelle sont déduites la CSG et la CRDS, ne donnant lieu à aucun avantage social (maladie, retraite) et soumis à imposition. La valeur de cette indemnité, qui n’a pas été réévaluée depuis 2013, est comparable aux indemnités perçues par des médecins dans d’autres structures comme les URPS. Par ailleurs, depuis juin 2013, 1ère mandature du Président actuellement en exercice, le passage aux frais réels, sur justificatifs et plafonnés, a été instauré.

Au sujet des comportements individuels relevés par la Cour : le Conseil national a diligenté des procédures disciplinaires et pénales à l’encontre des élus mis en cause. Il a également porté plainte à l’encontre des salariés impliqués.

Au sujet du montant des réserves : il s’agit de fonds de roulement, variant pour la totalité de l’Institution entre 13 et 15 mois sur 2016, 2017 et 2018, soit en dessous des 16 mois non contestés par la Cour lors de son précédent contrôle. Néanmoins, il est envisagé, à compter du budget 2020, de mettre ou de laisser à disposition des conseils territoriaux 12 mois de fond de roulement aux fins qu’ils puissent répondre de façon uniforme sur l’ensemble du territoire, à la totalité de leurs missions.

Au sujet du montant de la cotisation : la Cour omet de préciser que le taux moyen annuel d’évolution, sur la période auditée, est de +1,2% et qu’il a été décidé pour 2019 de ne pas faire d’augmentation. L’ensemble des actions de l’Ordre national des médecins devant continuer à se développer, il ne peut être envisagé de diminuer le montant de la cotisation tel que préconisé par la Cour.

Au sujet des principes comptables : pour les qualifier d’insincères, affirmation que nous contestons, la Cour s’appuie sur un choix comptable qui est différent de celui retenu par l’institution qui suit les principes du Plan Comptable Général recommandé et certifié sincère par son commissaire aux comptes. Ce plan comptable, déjà appliqué par l’Ordre lors du précédent contrôle de la Cour, n’avait pas donné lieu à observations et n’avait pas conduit à une telle qualification.
 

II – DES MISSIONS ADMINISTRATIVES ELARGIES ET PLEINEMENT ASSUREES

Tout d’abord, l’Ordre regrette fortement que le rapport de la Cour des Comptes ne passe qu’une partie des missions de l’Ordre en revue. Plusieurs, parmi les plus importantes, sont purement et simplement ignorées :
  • La tenue du tableau, essentielle à une époque de mobilité, d’arrivée de nombreux praticiens étrangers, et d’évolution des modes d’exercice, et qui représente une part importante de l’activité des conseils départementaux. Cette mission est à peine mentionnée, avec pour seule remarque l’insuffisante informatisation.
  • Le contrôle des qualifications, très important aussi au regard de la multiplication et de la complexité des procédures de leur reconnaissance. Il n’en est pas question.
  •  L’évolution des règles d’exercice : rien sur l’e-santé ou la télémédecine, sujets absolument majeurs, sur lesquels l’Ordre a développé un travail de réflexion et de sensibilisation, qui en fait une référence au sein du monde de la santé.
  • Le basculement des règles en matière d’information et de publicité.
  • L’adaptation des règles déontologiques, par exemple pour ce qui est de la mise en œuvre de la nouvelle législation sur la fin de vie, pour laquelle l’Ordre est en première ligne.

Pour ce qui est des missions ayant donné lieu à appréciation, on peut regretter une approche trop souvent parcellaire, et une tendance à procéder par généralisation à partir de cas ponctuels. Mais l’Ordre souhaite y répondre avec précision.

Si un certain nombre d’observations s’avèrent utiles – et l’Ordre entend bien en tenir compte, par exemple en se dotant des outils de suivi et de pilotage, dont il lui est fait grief de ne pas disposer –, comment ne pas relever que trop de conclusions générales apparaissent approximatives ou hâtivement déduites d’une ou deux constatations éparses ?

Au sujet des délais de traitement des dossiers de suspension pour pathologie ou insuffisance professionnelle : le rapport public laisse entendre que ce délai, au stade de la formation retreinte du Conseil national, est trop long, en se bornant à citer le cas isolé d’un délai de 17 semaines, évidemment exceptionnel, mais aucunement significatif à lui seul. Pourquoi le rapport omet-il étrangement de mentionner le délai moyen de 4 à 5 semaines, qui lui avait pourtant été communiqué ?

Au sujet du contrôle des contrats : pourquoi le rapport public ignore-t-il totalement l’énorme travail conduit en direction des plateformes de téléconsultation, qui se multiplient, et qui a permis à l’Ordre, à l’occasion de l’examen des contrats concernés, d’obliger ces plateformes à revoir leur modèle ? Le rapport préfère épingler la commission nationale des contrats, accusée de tarder à répondre, sans autre justification qu’un renvoi en bas de page (renvoi n°150) concernant un cas où la commission n’avait pourtant pas à donner un avis, s’agissant de l’interprétation d’une clause d’un contrat, et l’avait néanmoins fait à titre purement confraternel.

Au sujet du contrôle du respect par les médecins de leur obligation de développement professionnel continu (DPC) : l’Ordre se voit accusé d’avoir « délaissé » la mission qui lui a été confiée « dès 2011 ». Pourquoi est-il passé sous silence que le ministère de la santé n’a pris les arrêtés d’application du décret du 30 décembre 2011 que le 25 juillet 2013, et qu’à peine ces arrêtés publiés, une inspection de l’IGAS a été diligentée qui a préconisé un changement complet de dispositif, lequel n’a été proposé au législateur qu’avec la loi du 26 janvier 2016 ?

Au sujet du contrôle des relations entre les médecins et l’industrie : l’Ordre n’a pas été mis à même d’assumer sa mission, car si la réglementation lui a bien confié un rôle de prévention qu’il a immédiatement pris en charge, le rôle répressif a été donné à d’autres instances dont notamment la DGCCRF, qui n’ont pas fait de la saisine des tribunaux correctionnels leur priorité. Pour preuve, il a fallu que l’Ordre dépose un recours en annulation contre le décret du 16 novembre 2016 et l'arrêté du même jour fixant le modèle de convention unique.

Au sujet de l’implication de l’Ordre dans l’accès aux soins et la lutte contre les refus de soins : pourquoi n’est-il pas relevé le profond changement intervenu à compter de la mandature élue en 2013 aboutissant à la création, par la loi du 26 janvier 2016, d’une commission d’évaluation des pratiques de refus de soins placée auprès de l’Ordre, dont le fonctionnement n’a été rendu possible qu’en 2017 par la signature des arrêtés de nomination des membres le 29 décembre 2016 ? Il est dommageable que le rapport ne mette pas assez en avant les freins apportés par la production tardive des textes attendus.

Au sujet du traitement des plaintes, doléances et signalements : l’Ordre, garant de la déontologie médicale, s’insurge contre cette grave insinuation selon laquelle il manifesterait une mauvaise volonté à ce qu’il puisse être donné des suites disciplinaires aux plaintes reçues.

Il ne s’agit pas de nier qu’il puisse encore y avoir, comme dans tous les pans de la société, des comportements individuels condamnables de quelques élus ordinaux, qui doivent être fermement dénoncés, et l’Ordre entend bien s’y attacher. Mais ces cas ne doivent pas cacher la réalité profonde qui est la très grande vigilance des conseils départementaux à assumer pleinement leur mission. Contrairement à ce que soutient la Cour, en se fondant sur des chiffres dont elle dit elle-même qu’ils ne sont pas fiables, l’ensemble des plaintes et doléances qualifiables de plaintes donnent bien lieu à instruction, et, à défaut de conciliation, à transmission aux chambres disciplinaires.

C’est particulièrement vrai des plaintes en matière d’abus sexuels, sujet qui a donné lieu à une implication renforcée de l’Ordre ces dernières années : il a précisé sur ce point les commentaires du code de déontologie médicale et fait plusieurs communications largement relayées dans la presse comme dans les supports de communication de l’institution. Le Conseil national s’étonne que le rapport public évoque, page 98, « l’analyse d’une cinquantaine de décisions rendues entre 2016 et 2017, laquelle révèlerait des irrégularités de procédure » ou des « manques de diligence ». De quelles « décisions » s’agit-il, de quel type, prises par qui ? Quelle est l’intensité et le degré réel du manquement relevé ? Qu’est-ce qui permet l’appréciation portée ? Pareille affirmation, particulièrement stigmatisante, exigerait d’être étayée par une démonstration qui ne se limite pas à l’illustration par un ou deux cas.
 

III – UNE JURIDICTION ORDINALE INDEPENDANTE ET IMPARTIALE


Sur le volet du rapport de la Cour portant sur la juridiction disciplinaire ordinale, le Conseil national, dans un souci de strict respect de l’indépendance de cette juridiction, a décidé de s’en remettre aux observations qu’a bien voulu lui transmettre la Présidente de la chambre disciplinaire nationale, Conseillère d’Etat, et que l’Ordre fait totalement siennes.


Réponse de Madame le Président de la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins

La juridiction ordinale souligne que la Cour sort de son champ de compétence, le contrôle de l’organisation et du fonctionnement des chambres disciplinaires relevant de la mission permanente d’inspection des juridictions administratives (MIJA), exercée sous l’autorité du vice-président du Conseil d’Etat, ce dont témoignent ses observations, qui manifestent une profonde méconnaissance de ce qu’est une juridiction administrative spécialisée.

Or, le rapport définitif reproduit quasiment mot pour mot le rapport provisoire, ce qui démontre que la Cour n’a tenu aucun compte des réponses, pourtant dument argumentées et justifiées, faites à ses observations. Elle maintient ses remarques partiales, faisant d’exemples peu étayés des généralités, jetant ainsi l’opprobre sur l’ensemble de la juridiction ordinale.

Il convient dès lors pour celle-ci, à son tour, de réitérer avec force, si ce n’est l’ensemble des justifications qu’elle a apportées aux principales critiques formulées, du moins les plus emblématiques.

Toutes les recommandations faites par la Cour en 2011 et celles de la MIJA en 2013, pour autant que leur exécution dépendait de l’Ordre seul, ont été suivies d’effets.

Les délais de jugement des chambres disciplinaires de 1ère instance de l’Ordre des médecins (CDPI) ne sont pas plus longs que ceux observés dans les tribunaux administratifs. Ainsi, l’observation faite sur ce point par la Cour ne tient pas compte de ce que la loi de 2002, qui a donné au plaignant la qualité de partie, ce qui ne peut qu’allonger la durée de la procédure d’instruction, n’a pas modifié le délai de six mois apparu dès la création de l’Ordre.

L’appréciation portée par la Cour sur l’instruction menée par les chambres, après avoir consulté des dossiers pourtant couverts par le secret de l’instruction, qui sort au demeurant de sa compétence est fondée sur des constats incomplets et des postulats erronés. D’une part, les décisions rendues ne mentionnent pas la totalité des mesures d’instruction accomplies et, d’autre part, les juridictions disciplinaires sont des juridictions administratives devant lesquelles la procédure n’est pas inquisitoire. Les faits sanctionnés doivent ressortir du dossier et les mesures d’instruction « en routine » dont la Cour déplore l’absence, seraient irrégulières et de nature à entraîner l’annulation des décisions rendues sur leur fondement.

Le taux d’annulation des décisions rendues par les chambres disciplinaires de 1ère instance de l’Ordre des médecins (CDPI) n’a rien d’excessif : plus de 80 % des décisions rendues chaque année en première instance deviennent définitives. Le caractère suspensif de l’appel incite les praticiens sanctionnés à faire presque systématiquement appel, ce qui explique un taux d’appel plus élevé que celui qu’on observe devant les juridictions administratives de droit commun.

Le principe selon lequel « l’appel ne peut préjudicier à l’appelant » ne peut raisonnablement être remis en cause. La suggestion faite par la Cour d’un appel systématique des conseils départementaux est particulièrement choquante.

S’agissant des principes d’indépendance et d’impartialité, auxquels les chambres disciplinaires sont particulièrement attachées, comme le démontre chaque année le rapport d’activité de la juridiction ordinale, la Cour met gravement en doute leur respect à partir de faits regrettables mais isolés (un seul manquement avéré à l’impartialité a conduit la juridiction à sanctionner un assesseur) et présentés de façon biaisée, laissant ainsi entendre que leur méconnaissance est généralisée.

L’affirmation selon laquelle il n’y aurait pas de corrélation entre les manquements retenus et les sanctions prononcées traduit encore une fois une méconnaissance inquiétante par la Cour de la spécificité du droit disciplinaire et du caractère particulier de chaque dossier. La sanction varie en fonction du nombre de griefs retenus, un ou plusieurs, de l’éventuelle récidive, du comportement d’ensemble du médecin, des circonstances de l’affaire, de l’attitude du plaignant...
La Cour, en sortant de son champ de compétences, porte sur la juridiction ordinale une appréciation particulièrement hasardeuse et inacceptable qui traduit une méconnaissance inquiétante de cette juridiction.



1- L’Ordre note, par ailleurs, n’avoir été destinataire d’aucune explication de la part de la Cour des Comptes après la fuite dans la presse d’une version du pré-rapport, le 27 février 2019, alors que ce document n’avait jamais été porté à la connaissance de l’Ordre.




 

Pages