Au service des médecins dans l’intérêt des patients

Bienvenue sur le nouveau site du CNOM !

Temps de lecture : 1 mn
Nouveau site internet de l'Ordre des médecins
Le Conseil national de l’Ordre a procédé à une vaste refonte de son site internet. Cette nouvelle version se veut plus moderne et fonctionnelle.
Après plus d’un an de travail, le Conseil national est heureux de lancer, ce jeudi 13 juin, son nouveau site internet. Cet espace a pour ambition :
  •  De faciliter l’accès à l’information avec une arborescence simplifiée, des entrées par public et par fonctionnalité (« je suis médecin », « je suis patient », « je suis étudiant ou interne », « documents types et démarches », « contact presse » …), ainsi qu’un moteur de recherche plus performant.
  • De mettre en exergue les derniers travaux, actualités et prises de position de l’institution, grâce à une page d’accueil totalement repensée.
  • D’offrir une navigation plus fluide sur une interface au design moderne et épuré, adaptée aux nouveaux usages des internautes (partage facile et rapide sur les réseaux sociaux, classement des pages les plus vues…).
Ce site met également à la disposition des médecins un espace personnel pleinement sécurisé et opérationnel.

Conçu en responsive design, le nouveau site du CNOM est consultable depuis un ordinateur, un téléphone ou tout autre appareil mobile.
Temps de lecture : 2 mn
Présence médicale 64
Un dispositif d’actions au service des médecins généralistes libéraux et de la population des Pyrénées-Atlantiques a été mis en place.
L’ARS et le département des Pyrénées-Atlantiques en partenariat avec les médecins sont à l'origine de cette initiative.

Force est de constater que la démographie médicale se fragilise dans le département des Pyrénées-Atlantiques et qu’à court terme le renouvellement des médecins généralistes va poser problème.
Suite à ce constat une expérimentation  a été menée dans le nord-est du département 64 grâce à un travail collectif qui  a associé de nombreux partenaires parmi lesquels le conseil départemental de l’Ordre des médecins.

Résultat : quatre médecins généralistes sont désormais installés dans chacune des maisons de santé de Garlin et de Lembeye. Un an auparavant, on n’en comptait que deux à Lembeye, et Garlin était sur le point de perdre son seul médecin généraliste.

Ce dispositif  dont le but est d’attirer les médecins dans le département repose sur  une orientation politique unique  (gouvernance partagée impliquant l’ensemble des acteurs institutionnels et professionnels du territoire) qui propose un projet de vie professionnel et personnel au médecin généraliste. Les trois axes de cette organisation sont :
  • Le cadre de vie : favoriser l’aménagement et l’attractivité du territoire pour les étudiants en médecine et les internes ainsi que pour les médecins et leur famille
  • Le cadre d’exercice : privilégier le regroupement des médecins généralistes libéraux,  la télémédecine, déployer des consultations avancées et des équipes mobiles de spécialistes dans les territoires sous-dotés, s’appuyer sur les maîtres de stage universitaire pour favoriser l’installation dans le département
  • Promouvoir la politique publique départementale sur la Présence médicale
Plus d'informations sur le site internet du département des Pyrénées-Atlantiques.
 
Temps de lecture : 1 mn
Initiative de télémédecine dans le Loiret
Dans le Loiret plusieurs communes rurales frappées par la désertification médicale tentent l'aventure de la télémédecine.
Depuis l’été 2018, cinq communes du Loiret ont adopté la télémédecine.Le département manque de médecins : 312 pour 100 000 habitants, contre une moyenne de 437 en France.
Pour éviter l’écueil de la déshumanisation, l’infirmier est au coeur de la téléconsultation. Sa présence offre un cadre sécurisant.Il accueille le patient, prend les mesures pendant que le médecin, en visioconférence, conduit l’interrogatoire du patient.

Lire le reportage publié dans le picture_as_pdfBulletin de l'Ordre n°60 de 2019
 
Temps de lecture : 1 mn
Initiative de la Manche
A Saint-Georges-de-Rouelley, trouver un médecin traitant relève du parcours du combattant. Une initiative portée par la mairie et l’URML a été créée.
Dans ce bassin de vie rural d’un peu plus de 8000 habitants répartis sur 7 communes, c'est également impossible pour les praticiens en fin de carrière de trouver un remplaçant. Face à ce problème, le maire a sollicité les médecins du territoire pour trouver une solution.
Depuis décembre 2018, les patients qui n’ont pas de médecin traitant ou qui ne peuvent pas être reçus rapidement par leur médecin traitant peuvent appeler la cellule de coordination de télémédecine.
Un pool de 11 infirmiers libéraux se relaient ainsi pour accueillir les patients sur le site de Saint-Georges-de-Rouelley et assister les téléconsultations. Les téléconsultations sont assurées par sept médecins, tous basés dans le département et maîtres de stage universitaires.
 

Grèves dans les services d’accueil des hôpitaux

Temps de lecture : 2 mn
Grèves dans les services d’accueil des hôpitaux
L’Ordre des médecins appelle à une concertation d’urgence suite aux grèves dans les services d'accueil des hôpitaux.

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a suivi les évolutions des grèves des médecins et personnels soignants dans les services d’urgences des hôpitaux. Il a pris connaissance des réquisitions préfectorales, notamment à Lons-le-Saulnier, et de l’émotion que les conditions de leur mise en application ont suscitée.

La permanence dans les services d’accueil et d’urgences des hôpitaux doit garantir la prise en charge des patients dans les meilleures conditions possibles de sécurité. Pour autant, des réquisitions ou l’aggravation des amplitudes horaires de travail des personnels ne sauraient être une solution à la crise majeure que traversent les services d’urgences des hôpitaux.
L’Ordre des médecins appelle avec gravité, dans le cadre du dialogue social, à l’organisation d’une concertation d’urgence impliquant tous les acteurs afin qu’une réponse durable soit apportée aux revendications des professionnels de santé, tant pour le service des patients que pour eux même. Leur souffrance face aux conditions de travail actuelles doit être entendue.

Le CNOM sait que les médecins seront vigilants quant à l’organisation de la permanence et de la continuité des soins et qu’ils organiseront leur mouvement dans le respect de l’intérêt premier des patients. L’Etat doit néanmoins nécessairement renforcer l’écoute des propositions des praticiens hospitaliers afin de leur permettre de retrouver  du temps médical et de ne pas exercer un métier déjà difficile sous la tension permanente d’effectifs insuffisants.

Malgré de nombreuses alertes, des grèves hospitalières se multiplient partout en  France. La crise des services d’urgences est l’un des symptômes les plus aigus de l’extrême difficulté dans laquelle se trouve l’hôpital public. L’Ordre des médecins apporte son écoute et son soutien à l’ensemble des médecins et professionnels de santé qui exercent près des patients dans des conditions de plus en plus difficiles, et il est prêt à prendre toute sa part dans l’élaboration des décisions ministérielles qui ne sauraient être plus longtemps différées.

 
Temps de lecture : 4 mn
Enregistrement des internes
Cette Foire aux Questions (FAQ) permet de répondre aux interrogations que peuvent se poser les internes en cours d'enregistrement auprès de l'Ordre

État civil erroné

Mon état civil est erroné (nom de famille, nom d'usage, ordre des prénoms, nationalité...)
  • Les informations affichées correspondent aux éléments publiés au Journal Officiel sur la base de vos démarches effectuées lors des Épreuves Classantes Nationales (ECN).
     
  • Il est possible de modifier son adresse mail et son numéro de téléphone ainsi que l’adresse de correspondance directement en ligne. Les autres informations de l’état civil sont modifiables par le service Tableau du CNOM sur présentation d’une pièce justificative. 

Changement de spécialité 3ème cycle

Suite à un changement de spécialité lors du 3ème cycle, la spécialité affichée n'est plus celle à laquelle je me destine.
  • Les données affichées correspondent aux éléments publiés au Journal Officiel lors de votre affectation.
     
  • Les informations seront mises à jour lorsque vous effectuerez une des démarches suivantes : demande de votre première licence de remplacement, inscription à l'Ordre.
 

Ma Carte Professionnelle de Formation (CPF)

Je n'ai pas reçu ma Carte Professionnelle de Formation ou je n'ai pas reçu mes codes ...
  • ... et j'ai passé les ECN en 2017
    Merci de contacter le support de l'ASIP Santé 0825 852 000
     
  • ... et j'ai passé les ECN en 2018
    Vous recevrez votre Carte Professionnelle de Formation courant du mois de novembre 2018.

Mot de passe oublié

J'ai oublié mon mot de passe ou Mon mot de passe ne me permet pas d'accéder à mon compte en ligne.

Épreuves Classantes Nationales passé avant 2017

J'ai passé mes Épreuves Classantes Nationales (ECN) avant 2017 et je souhaiterai m'enregistrer.

Informations d'affectation

Je ne visualise pas les informations concernant mon affectation.
  • Les informations relatives à votre affectation, UFR et spécialité, seront transmises par le CNG au CNOM après la phase d’affectation globale à la fin du mois de septembre. Ces données seront alors visibles depuis votre espace personnelles du CNOM.
 

Compte en ligne

Je me suis enregistrée en CDOM et je souhaiterai créer mon compte en ligne...
  • ... et j'ai passé les ECN avant 2017.
    Vous n’avez pas la possibilité, pour le moment, de créer un compte en ligne.
     
  • ... et j'ai passé les ECN après 2017.
    Vous pouvez créer un compte en ligne en vous munissant de votre numéro RPPS.

Mail d'enregistrement

Je n'ai pas reçu le mail m'invitant à m'enregistrer ...
  • ... et j'ai passé les ECN avant 2017.
    • Vous n’êtes pas éligibles à l’enregistrement en ligne.
       
  • ... et j'ai passé les ECN en 2017.
    • Nous vous invitons d’abord à vérifier dans vos courriers indésirables. En dernier ressort merci de faire une demande auprès du service assistance informatique qui vous renverra le mail.
       
  • ... et j'ai passé les ECN en 2018.
    • Vous pouvez vous connecter sur votre compte CNG : le lien vous permettant l’accès initial à votre compte CNOM est présent sur l’écran de notification d’affectation jusqu’à la fin du mois d’octobre de l’année de vos ECN.
Puis-je transférer le mail m'invitant à m'enregistrer à un tiers ?
  • Le mail vous invitant à vous enregistrer en ligne est nominatif et ne doit pas être transféré


Déclarer un diplôme supplémentaire

Je ne peux pas déclarer de diplôme supplémentaire.
  • La déclaration d'un nouveau diplôme pourra être possible lorsque vous effectuerez une des démarches suivantes : demande de votre première licence de remplacement, inscription à l'Ordre.
 

Changement de données de contact

Suite à mon enregistrement au RPPS, j’ai changé de données de contact (adresse de correspondance, adresse mail ou numéro de téléphone).
  • Vous pouvez modifier vos données de contact depuis Mon Compte, ces informations seront transmises au RPPS
 

Information UFR

L'UFR de 2nd cycle affichée ne correspond pas à l'UFR d'obtention de mon diplôme
  • La spécialité affichée correspond à celle au moment de votre affectation. Si vous avez usé votre droit au remord, la modification de votre spécialité pourra se faire lors de votre demande de licence de remplacement.

juin 2019

Vie de l'Ordre
26 juin 2019
Lors de la session de juin du Conseil national il sera procédé à l'élection du nouveau Bureau suite au renouvellement par moitié du 20 juin 2019.

Pages

Temps de lecture : 2 mn
Les facultés de médecine
En France, les étudiants en médecine sont formés au sein des Unités de formation et de recherche (UFR) d’universités associées à l’un des 29 CHU.
Les études de médecine s’y déroulent en trois cycles.

Liste des facultés de médecine

Retrouvez ici la liste de toutes les facultés de médecine de France avec leur site internet pour les contacter ou vous informer sur leur organisation.

UFR de Médecine - Université d'Amiens
UFR des Sciences Médicales - Université d'Angers
UFR Sciences Médicales et Pharmaceutiques - Université de Franche-Comté
UFR Sciences Médicales - Université Victor Segalen - Bordeaux 2
UFR de Médecine et Sciences de la Santé - Université de Bretagne Occidentale
UFR de Médecine - Université de Caen Basse-Normandie
Faculté de Médecine - Université d'Auvergne
Faculté de Médecine - Université de Bourgogne
Faculté de Médecine et de Pharmacie - Université Grenoble Rhône Alpes
Faculté de Médecine - Université des Antilles et de la Guyane (Guadeloupe)
UFR Santé - Université de La Réunion
Faculté de Médecine - Université de Lille 2 Droit et Santé
Faculté de Médecine et Maïeutique - Université Catholique de Lille
Faculté de Médecine - Université de Limoges
Faculté de Médecine Lyon Est - Université Lyon 1
Faculté de Médecine Lyon Sud - Université Charles Mérieux
Faculté de Médecine - Aix-Marseille Université
Faculté de Médecine - Université de Montpellier
Faculté de Médecine - Université de Lorraine
Faculté de Médecine - Université de Nantes
Faculté de Médecine - Université Nice Sophia-Antipolis
Faculté de Médecine - Université Paris Descartes Paris
Faculté de Médecine - Sorbonne Université.
UFR de Médecine - Université Paris Diderot
Faculté de Médecine Paris Sud - Université Paris Sud 11
Faculté de Médecine - Université Paris Est Créteil Val de Marne
UFR de Santé, Médecine et Biologie Humaine Léonard de Vinci - Université Paris Nord 13
UFR des sciences de la santé Simone Veil - Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (UVSQ)
Faculté de Médecine et de Pharmacie - Université de Poitiers
Faculté de Médecine - Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Sciences Médicales - Université de Rennes I
Faculté de Médecine et de Pharmacie - Université de Rouen
Faculté de Médecine Jacques Lisfranc - Université Jean Monnet Saint-Étienne
Faculté de Médecine - Université Louis Pasteur Strasbourg
Faculté de Médecine Toulouse Purpan - Université Paul Sabatier Toulouse III
Faculté de Médecine Toulouse Rangueil - Université Paul Sabatier Toulouse III
Faculté de Médecine de Tours - Université François Rabelais
 
 
Il existe aussi quelques universités où les étudiants peuvent passer leur première année de médecine uniquement. En voici la liste :
Faculté de médecine - Université de Corse
Faculté de médecine - Université de Nouvelle-Calédonie
Faculté de médecine - Université de la polynésie française
 
 


 
Temps de lecture : 8 mn
La protection sociale du médecin
Maladie, maternité/paternité, retraite, invalidité… vous bénéficiez d’une couverture sociale très disparate selon que vous soyez libéral ou salarié.

En cas de maladie

Si vous êtes libéral

Dès lors que vous exercez en secteur 1, vous bénéficiez du Régime des Praticiens et Auxiliaires Médicaux Conventionnés (PAMC).
Il comprend le remboursement des dépenses de santé (et ceux de vos ayants-droit).
Il ne comprend pas :
  • le versement d’indemnités journalières en cas d’arrêt de travail pour maladie. Le risque maladie est couvert par le régime de prévoyance (et non d’assurance maladie) de la CARMF, appelé alors « incapacité temporaire d’exercer ». Ce régime prévoit le versement d’indemnités journalières (IJ) à partir du 91è jour d’arrêt de travail, soit trois mois de carence. Pour ouvrir des droits aux IJ, le médecin doit déclarer sa cessation d’activité avant l’expiration du deuxième mois suivant la date de cessation d’activité sous pli cacheté adressé au médecin contrôleur de la CARMF à la CARMF.
A savoir : en fonction de la durée de l’arrêt maladie (au moins trois mois), vous pouvez bénéficier d’exonération de certaines cotisations CARMF au titre de la maladie. Pour cela, adressez votre demande au service Médical de la CARMF, sous pli revêtu de la mention «Confidentiel», et comportant votre certificat médical. Pour demander des informations adressez votre courriel à : reduction.cotis@carmf.fr  
  • La protection relative aux accidents du travail et aux maladies professionnelles, y compris l'accident de trajet domicile/travail. Cependant, vous pouvez souscrire une assurance volontaire  contre ce risque auprès de votre caisse d'Assurance Maladie.
Si vous exercez en secteur 2, vous avez le choix entre le régime d'assurance maladie des PAMC mais seulement lors de votre première installation en libéral et la sécurité sociale des indépendants (SSI). Dans le régime de la SSI, le niveau de couverture est le même que celui du régime des PAMC, seules les cotisations diffèrent.
Vous pouvez aussi consulter le guide sur les indemnités auxquelles votre famille et vous-même avez droit en cas de maladie professionnelles

Si vous êtes hospitalier

De manière générale, il faut savoir que la protection sociale (risques maladie, invalidité, décès + régime de retraite) des médecins hospitaliers est la résultante du régime général de la sécurité sociale  ET de la protection statutaire hospitalière.
Cependant, les montants et délais d’indemnisation varient selon les statuts existants au sein de l’hôpital.
Il convient toutefois de noter que, pour tous, l’indemnisation ne couvre que partiellement la perte de revenus induite par l’arrêt de travail involontaire. En effet, la perte de revenus est directement proportionnelle à la précarité du statut et à l’importance des gardes dans la rémunération. Aussi, le choix d’une assurance prévoyance-invalidité-décès complémentaire est important.
En savoir plus sur le site du ministère de la Santé
  • Si vous êtes salarié : vous relevez du régime général de la Sécurité sociale qui comprend le remboursement des dépenses de santé, le versement d’indemnités journalières en cas de maladie et la protection relative aux accidents du travail et aux maladies professionnelles.
  •  Si vous êtes agent public : vous relevez du régime spécial des fonctionnaires qui comprend le remboursement des dépenses de santé, le versement d’un revenu de remplacement en cas de maladie ou d’accidents du travail ou de maladies professionnelles.

Le congé maternité

Si vous exercez en libéral

Si vous êtes une femme médecin affiliée au régime général d’assurance maladie des praticiens et auxiliaires médicaux, vous pouvez alors bénéficier de différents types de prestations, sous réserve du respect de certaines démarches et conditions :
  • L’allocation forfaitaire de repos maternité : elle est versée en 2 fois sans obligation de cesser votre activité. Son montant est de 3377€ pour 2019.
  • Les indemnités journalières forfaitaires : elle est versée pendant le congé maternité à condition que vous cessiez toute activité professionnelle pendant au moins 8 semaines dont 2 au moins avant votre accouchement. Son montant est de 55€51 par jour au 1er janvier 2019.
  • L'avantage supplémentaire maternité : cet avantage a été mis en place pour pallier les conséquences de l’interruption de l’activité médicale pour cause de maternité ou de congé d’adoption. Les montants varient selon le conventionnement et l’exercice à temps plein ou à temps partiel (3100€ par mois pour un médecin conventionné secteur 1 ou 2 ayant adhéré à l’OPTAM et ayant une activité à temps plein). L’aide est versée  à compter du mois suivant l’interruption de l’activité et pour la durée de celle-ci dans la limite de la durée légale du congé et pour une durée maximale de 3 mois. Seules les femmes médecins installées ou collaboratrices peuvent en bénéficier.

Si vous êtes salariée

Vous pourrez bénéficier d'indemnités journalières pendant votre congé de maternité sous réserve de remplir les conditions requises (durée d’affiliation minimale à respecter, nombre d’heures de travail effectuées, montant des cotisations payées...) et dans la limite du plafond mensuel de la sécurité sociale (3377€ pour 2019).
Pour estimer le montant de vos indemnités journalières, utilisez le simulateur. 
  • Si vous êtes agent de la fonction publique : vous bénéficiez du même congé maternité ou adoption que les femmes médecins salariées. Vous continuerez à percevoir votre traitement pendant la durée du congé maternité ou adoption.
  • Si vous êtes médecin hospitalier : vous bénéficiez du même congé maternité ou adoption que les femmes médecins salariées. Vous continuez à percevoir la totalité de vos émoluments pendant la durée du congé maternité ou adoption.

Le congé paternité et d’accueil de l’enfant

  • Si vous êtes médecin libéral : vous pouvez bénéficier d’un avantage financier pour compenser les conséquences de l’interruption d’activité médicale pour cause de paternité. Les montants varient selon le conventionnement et l’exercice à temps plein ou temps partiel (1166€ par mois pour un médecin conventionné secteur 1 ou 2 ayant adhéré à l’OPTAM et ayant une activité à temps plein). L’aide est versée  à compter du mois suivant l’interruption de l’activité et pour la durée de celle-ci dans la limite de la durée légale du congé et pour une durée maximale de 3 mois. Seules les médecins installés ou collaborateurs peuvent en bénéficier.
  • Si vous êtes salarié : vous bénéficiez d’un congé paternité de 11 jours consécutif (samedi, dimanche et jours fériés compris) qui s’ajoute aux 3 jours d’absence autorisés prévus par le Code du travail.
  • Si vous êtes libéral : si vous êtes praticien affilié à titre personnel au régime d'assurance maladie des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés (PAMC), conventionnée, vous pouvez bénéficier d'un congé de paternité de 11 jours consécutifs Le congé paternité doit être pris dans un délai de 4 mois après la naissance de l’enfant.
En savoir plus sur le site de l'assurance maladie 
  • Si vous êtes agent de la fonction publique : vous bénéficiez d’un congé paternité de 11 jours consécutifs. Ce congé peut être fractionné en 2 périodes dont l’une des 2 doit être au moins égale à 7 jours. Vous conservez votre traitement pendant la durée du congé paternité.
  • Si vous êtes médecin hospitalier : vous bénéficiez d’un congé paternité de 11 jours consécutifs. Ce congé peut être fractionné en 2 périodes dont l’une des 2 doit être au moins égale à 7 jours. Vous conservez la totalité de vos émoluments pendant la durée du congé paternité.

La retraite

Vous trouverez de nombreuses informations pratiques dans le guide 2019 de la Carmf pour vous aider à préparer votre retraite.
  • Si vous exercez en libéral, vous cotisez à la Carmf
  • Si vous êtes salarié du secteur privé, vous cotisez au régime général de la sécurité sociale (Cnav) et à l’Agirc-Arrco.
  • Si vous êtes agent non titulaire de l’État et des collectivités publiques ou médecin hospitalier, vous cotisez au régime général de la sécurité sociale et à l’Ircantec
  • Si vous êtes agent de la fonction publique, vous cotisez à la CNRACL (Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales) et à la RAFP (retraite additionnelle de la fonction publique).

Une fois, à la retraite, il est possible de continuer ou reprendre une activité professionnelle à certaines conditions.

En cas de décès

Il appartient à la famille du médecin décédé de faire les démarches nécessaires auprès des organismes de protection sociale.

Décès d’un médecin libéral

Un capital décès peut être servi par la CARMF et par la sécurité sociale
En savoir plus :Des rentes peuvent être versées au conjoint survivant et aux enfants : voir le guide édité par la CARMF
 

Décès d’un médecin salarié ou hospitalier

Un capital décès est servi par la Sécurité Sociale et éventuellement par l’employeur.
En savoir plus  sur le site de l'assurance maladie
Des rentes et réversions sont servies selon le statut du médecin décédé.
S’adresser à l’IRCANTEC pour les médecins non titulaires de la fonction publique territoriale ou de l’État et à l’AGIRC-ARCCO pour les médecins salariés du secteur privé.

Dans tous les cas, informez le conseil départemental de l’Ordre des médcins au Tableau duquel est inscrit le médecin.

Il est possible de recourir au service de l’entraide de l’Ordre des médecins en cas de grave difficulté, suite au décès du médecin.








 
Temps de lecture : 6 mn
3e cycle des études médicales
Cette réforme du 3e cycle de études médicale est issue d’une concertation à laquelle l’Ordre des médecins a été pleinement associé.
Les arrêtés du 12 et du 21 avril 2017 en  fixent les nouvelles modalités d'organisation et des contenus.
Les principales raisons de la réforme sont :
  • Les besoins de santé et l’évolution de la médecine;
  • La modernisation du système de formation;
  • La simplification du dispositif avec la disparition des DESC II.

Une organisation par filière

Le diplôme d’études spécialisées constitue désormais le diplôme nécessaire suffisant à l’exercice d’une spécialité traduisant la filiarisation des DES. Les 44 spécialités sont à présent organisées par filière. Toutes les maquettes ont été entièrement réécrites, enrichies et réorganisées de façon à répondre aux nouvelles exigences du parcours en trois phases. À noter la création des cinq nouvellesspécialités qualifiantes: allergologie, maladies infectieuses et tropicales, médecine légale et expertises médicales, médecine d’urgence et médecine vasculaire. Par ailleurs, trois spécialités disparaissent : la chirurgie face et cou, la chirurgie générale et la stomatologie.
L’étudiant, quelle que soit sa spécialité, aura la possibilité de suivre une option ou une formation spécialisée transversale (FST). Une option permet l’acquisition des compétences particulières au sein de la spécialité suivie et ouvre droit à un exercice complémentaire de cette sur-spécialité. Une FST est quant à elle une option commune à plusieurs spécialités et ouvre droit à un exercice complémentaire  d’une sur-spécialité.
 

Une formation progressive, adaptée et individualisée

L’institution de trois phases permet d’emmener progressivement l’étudiant à une mise en responsabilité à la fin du DES. Il est à noter également une précocité et une densification de la formation dès la phase 1. C’est donc la délivrance du DES qui garantit l’acquisition descompétences et permet l’exercice de la spécialité. La formation est désormais organisée en trois phases (excepté pour la médecine générale).
La phase 1 dite « socle »vise à inculquer à l’étudiant, en un an, la culture et les bases de la spécialité.
La phase 2, « d’approfondissement », dure 2 ou 3 ans  durant lesquels le futur médecin étudie l’ensemble des champs de la spécialité.
La phase 3, « de consolidation », a pour objectif de perfectionner les connaissances et compétences acquises par l’étudiant lors desphases précédentes. Ce parcours vise à favoriser l’autonomisation de l’étudiant afin de  le préparer progressivement à la réalité de son futur exercice.
Les connaissances et compétences de l’étudiant sont évaluées de manière individuelle à l’issue de chacune des trois phases du parcours. Ces évaluations formelles s’appuient sur le contrat de formation et le portfolio de l’étudiant. Elles n’excluent pas d’autres évaluations au cours de chaque phase. La réforme prévoit ainsi un contrat de formation qui détermine les connaissances et compétences que l’étudiant doit acquérir. Ce contrat est évolutif et individualisé dans la mesure où il intègre les souhaits d’option ou de formation spécialisée transversale (FST). Ce contrat bénéficiera d’une actualisation régulière. Parailleurs, un portfolio regroupera le parcours de formation de l’étudiant ainsi que des éléments d’évaluation (notamment des stages).

Une collégialité renforcée

Dans chaque subdivision (qui correspond à la zone d’influence d’un CHU) est instituée une commission locale de coordination de spécialité. Présidée par le coordonnateur localde la spécialité, elle est constituée de deux autres personnels enseignants titulaires dont un d’une autre spécialité, d’un représentant de l’Ordre dans la spécialité (uni- quement pour le suivi des étudiants en phase 3) et de deux représentants des étudiants dont au moins un inscrit dans la spécialité. Cette commission est chargée du suivi pédagogique de l’étudiant : contrat de formation, évaluation, vali- dation des phases, droit au remord. Elle peut aussi imposer une réorientation de l’étudiant vers un autre DES si elle estime qu’il n’est pas en mesure d’exercer la spécialité choisie.

Une déclinaison territoriale

Trois autres commissions sont également créées à l’échelle des subdivisions, au sein desquelles siège un représentant du Crom avec voix consultative :
  • Les commissions d’évaluation des besoins de formation s’assurent que le nombre de lieux de stage, de praticiens agréés maîtres de stage des universités (MSU) ainsi que la nature des lieux de stage sont en adéquation avec le nombre d’étudiants inscrits et au regard des maquettes de formation. Elles donnent également un avis au directeur général de l’ARS sur le nombre minimum de postes à ouvrir, chaque semestre, pour chacune des phases par spécialité pour les étudiants.
  • Les commissions d’agrément donnent un avis au directeur général de l’ARS sur l’agrément des lieux de stage
    et des praticiens agréés MSU.
  • Les commissions de répartition proposent au directeur général de l’ARS, la répartition des postes offerts au choix semestriel des étudiants de chaque spécialité et par phase, au sein des lieux de stage agréés et auprès des praticiens agréés MSU, en tenant compte de l’avis de la commission d’évaluation.

Une meilleure professionnalisation

La réforme ouvre aussi la possibilité de diversifier l’offre de stage de façon à permettre à l’étudiant d’approcher tous les modes d’exercice et types de structure. Il s’agit notamment de développer des terrains de stage en dehors de l’hôpital pour les spécialités autres que la médecine générale. Une demande qu’avait formulée l’Ordre dans son livre blanc  "Pour l’avenir de la Santé" en 2015.

Une implication plus forte de l’Ordre

Outre le fait que l’Ordre représente la profession dans les différentes commissions,l’institution est également impliquée de façon plus forte dans le parcours des étudiants grâce à un nouveau dispositif : l’inscription conditionnelle sur une liste spéciale. L’étudiant devra ainsi s’inscrire à l’Ordre dès l’obtention de sa thèse sous condition de poursuivre son cursus à l’université.

L’étudiant ne sera alors plus interne mais « docteur junior » avec un statut propre, à mi-chemin entre l’interne et le médecin en exercice.
Le « docteur junior » pourra obtenir son inscription pleine et entière après validation de son DES. L’Ordre est ainsi
très impliqué dans le suivi de l’étudiant tout au long de son parcours : enregistrement en tant qu’interne, inscription sur liste spéciale en qualité de « docteur junior » puis inscription définitive.
 

Pages